create a website

Point info presse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

18e Salon de la Carte Géographique Ancienne, du Globe & de l'Instrument Scientifique à Paris.

Adresse : Hôtel Ambassador, 16 Bd Haussmann - 75009 Paris - France

Date : Samedi 9 novembre 2019

Horaires : 11h00 - 18h00

- Entrée LIBRE

- ESTIMATION ET EXPERTISE GRATUITES

- 38 exposants internationaux

- Site web www.map-fair.com

- Tél.: 01 84 88 45 86

- EXPO : " De la Terre à la Lune, les cinquante ans du premier pas sur la Lune." (Plus d'infos)

- Quelques exemplaires présentés sur le salon (Plus d'infos)


Le 18e Salon de la Carte Géographique Ancienne, du Globe & de l'Instrument Scientifique, organisé par la Librairie Loeb-Larocque et Le Zograscope, se tiendra le 9 novembre 2019 comme de coutume à l' hôtel Ambassador, 16 boulevard Haussmann, Paris 75009.


Cette année, nous avons le plaisir de compter parmis nous 7 marchands d'instruments scientifiques qui présenteront des objets spécifiquement dédiés à la marine et à la cartographie. Les visiteurs pourront notamment découvrir sur le salon, des compas, des astrolabes, des sextants ou encore des globes terrestres et célestes.


Les exposants en cartographie ancienne présenteront de leur côté des cartes géographiques dont des mappemondes, des plans de Paris, des vues, des atlas du XVIe au XIXe siècle..


Comme chaque année le Salon propose une thématique illustrée par une exposition. Cette année l’exposition s’intitule « Le Monde en sphères ».

Comme son nom laisse à le deviner, cette année nous mettons à l'honneur les globes, et allons retracer l'histoire des techniques et des outils utilisés par les voyageurs et explorateurs pour se représenter le monde. 


Nous comptons des exposants français et internationaux venant de Grande-Bretagne, d'Italie, d'Espagne, de Belgique, d'Allemagne, des Pays Bas, de Grèce, de Corée du Sud et des États-Unis participent à ce salon unique en France.



PROGRAMME

- Vendredi 8 novembre 19h
Cocktail de bienvenue Map-Fair 19h
Ouvert à chacun, et qui permet aux collectionneurs et amateurs de rencontrer les exposants.
Hôtel Ambassador, 16 Bd Haussmann, 75009 Paris

- Samedi 9 novembre 11h00 - 18h00
18e Salon de la Carte Géographique Ancienne, du Globe & de l'Instrument Scientifique à Paris.
Hôtel Ambassador, 16 Bd Haussmann - 75009 Paris


LISTE DES EXPOSANTS
France : Paris : Librairie Le Bail, Librairie Loeb-Larocque, Librairie Katz Moorthamers, Monsieur le Prince, Le Zograscope, Rogers Turner Books, Wunderkammer, Estampes Martinez.
Grande Bretagne: Daniel Crouch Rare Books - Londres, Altea Antique maps, Interamnia, Portobello Road, Paulus Swaen, Ltd., I.M.Co.S.- Londres
États-Unis: Barry Ruderman - La Jolla CA, Geographicus Rare Antique Maps - Brooklyn, Tesseract - Hastings-on-Hudson, New York, Michael D. Jennings, Ph.D. , Neatline Antique Maps.
Pays-bas : Paul Peters, Iris Globes - Almen, Paul Bremmers Antiquariaat - Maastricht, Riesolutions Books - Decorum Scientiae - Delft
Belgique : Sanderus - Gand, Il Labirinto - Gent Sint-Denijs-Westrem,  BIMCC - Bruxelles.
Allemagne : Robert Berg - Ratisbonne, Norbert Haas - Bedburg-Hau, Braun - Wuppertal.
Italie : Antiquarius - Rome, Old Times - Perugia, Sergio Trippini Studio Bibliografico - Gavirate, Eppursimuove -Divignano, Lux in Art - Ermanno Bertelli, Antichità Storchi Alberto - Reggio Emilia 
Chypre : Eosphoros Antique Books & Images Ltd. - Nicosie.
Espagne : Gonzalo Fernández Pontes Libros y Mapas antiguos - Madrid.
Corée du Sud : TMecca - Séoul..

 EXPO: "De la Terre à la Lune, les cinquante ans du premier pas sur la Lune."

"C’est un petit pas pour un homme, mais un bond de géant pour l’humanité" (Neil Armstrong).

« De la Terre à la Lune, les cinquante ans du premier pas sur la Lune » L’exposition présentée à Paris au Salon de la Carte Géographique Ancienne, donne un aperçu de la cartographie de la Lune de ses origines à nos jours. Cartes et globes illustrent cette thématique.


Le 20 juillet dernier nous avons célébré le cinquantenaire du premier pas sur la Lune.
Les Etats-Unis, en envoyant Apollo XI sur la lune, ont réussi un exploit extraordinaire mais ce fut aussi un grand pas géopolitique pour le pays.
"C’est un petit pas pour un homme, mais un bond de géant pour l’humanité" (Neil Armstrong).

Mais bien avant cela, les hommes se sont préoccupés de cartographier la face visible de la Lune et d’en nommer les mers. Cette étude appelée sélénographie, est l'étude de la surface et du relief de la Lune.

.
L’un des plus célèbres sélénographes est Jean-Dominique Cassini (directeur de l’Observatoire de Paris sous Louis XIV). Il présente le 18 février 1679 à l'Académie des Sciences une carte gravée de la lune. De 1671 à 1679, Cassini fait de nombreuses observations de la lune, assisté de Sébastien Leclerc et Jean Patigny pour la cartographie, se servant d’une lunette de 34 pieds fabriquée par Campani. Pendant huit ans Cassini et son graveur observent la lune en différentes phases.
Patigny effectue plusieurs dizaines de dessins préparatoires. Les 57 dessins originaux effectués par Patigny d’après les relevés de Cassini se trouvent dans les collections de l’Observatoire de Paris.
La grande carte de Cassini présente en outre deux particularités troublantes : dans la mer de la Sérénité, est dessiné un grand cœur et, au promontoire d’Héraclides, un visage de femme, qui serait le visage de l’épouse de Jean-Dominique Cassini, Geneviève de Laistre.

Aujourd’hui les images satellites ont détrôné la sélénographie mais les chinois, en envoyant le robot Yutu-2 sur la face cachée de la Lune, renouent avec l’aventure scientifique.



Lieux : Paris map fair - Hôtel Ambassador, 16 Bd Haussmann - 75009 Paris
Date : Samedi 9 novembre 2019
Horaires : 11h00 - 18h00
Entrée : LIBRE



Ci-dessous quelques photos de cartes géographiques anciennes et d'instruments présentés sur le salon que vous pourrez exploiter pour vos articles.
Il vous suffit pour celà de cliquer sur la photo pour agrandir l'image, puis de cliquer à droite pour l'enregistrer.
.

Depuis Hevelius, pratiquement toutes les cartes lunaires ont utilisé la convention cartographique «d’éclairage simple», selon laquelle la surface lunaire est montrée de la même manière. C'est également Hevelius qui a établi la convention consistant à montrer toute la surface visible de la Terre, qui est plus d'un hémisphère. Ceci est dû à la libration, aux légères oscillations que la lune semble faire en orbite, ce que Hevelius a aidé à découvrir.
Since Hevelius, virtually all lunar maps have used the cartographic convention of “single illumination,” where the lunar surface is shown equally lit. It was also Hevelius who established the convention of showing the entire surface that is visible from Earth, which is more than one hemisphere. That’s due to libration, the slight oscillations the moon seems to make as it orbits, which Hevelius helped to discover.

KIRCHER - Systema Ideale Pyrophylaciorum Suberraneorum ... Il s’agit de l’une des cartes les plus emblématiques et les plus graphiques du polymathe Athanasius du 17ème siècle de Kircher. Cette carte illustre le système volcanique de la Terre et est l'une des cartes incluses dans la cosmographie de 1665 de Kircher, Mundus Subterranous. Inspiré par deux semaines de tremblements de terre en Calabre en 1638 et par l'éruption volcanique du Vésuve en 1637, Kircher postulait deux systèmes en interaction, un système volcanique, comme on le voit ici, et un hydrosystème de mers et de rivières souterraines. Kircher a émis l'hypothèse que le système volcanique était centré au cœur de la Terre, mais connecté via des réseaux de tunnels et certains points focaux souterrains à la surface. Le système volcanique interagissait avec l'hydrosystème en surchauffant des parties de celui-ci, provoquant le mouvement de l'eau vers et depuis la surface - d'où les courants océaniques, les tremblements de terre, les marées, etc..
KIRCHER - Systema Ideale Pyrophylaciorum Suberraneorum... This is one of the 17th century polymath Athanasius Kircher's most iconic and graphically intense maps. This map illustrates Earth's volcanic system and is one of the maps included in Kircher's 1665 cosmography Mundus Subterranous. Inspired by two weeks of earthquakes in Calabria in 1638, and the volcanic eruption of Vesuvius in 1637, Kircher postulated two interacting systems, a volcanic system, as seen here, and a hydrosystem of underground seas and rivers. Kircher hypothesized that the volcanic system was centered in the core of the Earth, but connected via networks of tunnels and certain subterranean focal points, to the surface. The volcanic system interacted with the hydrosystem by superheating parts of it, causing the movement of water to and from the surface – hence ocean currents, earthquakes, tides, and more.

DOPPELMAYER, J.G. / HOMANN, J.B. - Tabula selenographica .. Hevelii quam Riccioli .. - La carte de la lune a été publiée sur le J.G.Doppelmayer Atlas Coelestis. Il montre deux représentations de la surface de la Lune, avec des noms de mers et de cratères introduits par Riccioli (à gauche) et Hevelius (à droite), respectivement des figures mythologiques aux coins supérieurs.
DOPPELMAYER,J.G./ HOMANN,J.B. - Tabula selenographica.. Hevelii quam Riccioli.. - The moon map has been published on the J.G.Doppelmayer Atlas Coelestis. It shows two representations of the surface of the Moon, with names of seas and craters introduced by Riccioli (left) and Hevelius (right) respectively mythological figures on the upper corners.

Cassini, Giovanni Domenico (1625-1712). "Table pour la moyenne Libration des Pleines Lunes", p. 140 dans: Keill, John. Institutions astronomiques. - Paris: Chez Hippolyte-Louis Guérin, Jacques Guérin, 1746. En 1679, le directeur de l’Observatoire de Paris, Cassini, publia une carte lunaire gravée deux fois plus grande que celles d’Hevelius et de Riccioli, mesurant 21 pouces de large. Basé sur des dessins de Sebastian Leclerc et Jean Patigny, elle était nettement supérieure en détail à ses prédécesseurs. Malheureusement, elle n’a été imprimée que sous forme de grand format et est très vite devenue impossible à obtenir. Cependant, des versions réduites ont rapidement commencé à apparaître dans divers traités d'optique et d'astronomie, remplaçant, notamment en France, les cartes de Hevelius et de Riccioli comme standard.
Cassini, Giovanni Domenico (1625-1712). "Table pour le moyenne Libration les Pleines Lunes," facing p. 140 in: Keill, John. Institutions astronomiques. -- Paris: Chez Hippolyte-Louis Guerin, Jacques Guerin, 1746.
In 1679, Cassini, the director of the Paris Observatory, published an engraved lunar map that was twice as large as those of Hevelius and Riccioli--fully 21 inches across. Based on drawings by Sebastian Leclerc and Jean Patigny, it was markedly superior in detail to its predecessors. Unfortunately, it was only printed as a broadsheet and very soon became unobtainable. However, reduced versions quickly began to appear in various optical and astronomical treatises, replacing, especially in France, the Hevelius and Riccioli maps as the standard.

Etude spéciale de la surface de la lune LUNAR RAYS - 1960 Première édition. L’une des cartes les plus anciennes, les plus rares et les plus affichables, considérée comme un point de repère dans l’histoire de la cartographie de la lune. Cet exemple est la première édition, datée de juillet 1960, une deuxième édition plus commune a été datée et publiée en 1961. Imprimée par le Service des cartes de l'armée, Corps of Engineers. Elle a été préparée par les scientifiques Robert J. Hackman et Arnold C. Mason en 1960 à partir de photographies prises à Lick Observatory, San Jose, Californie pour les atterrissages d’Apollo sur la lune. Cette carte monumentale détaille la géographie physique de la lune, en notant les cratères, les mers, les montagnes et d’autres formations, avec une attention particulière pour les « rayons lunaires ». Les rayons lunaires sont une sorte de rayons d'une roue, entourant nombre des plus grands cratères d'impact de la lune. Le travail effectué dans la compilation de cette carte a conduit Hackman à élaborer la base de toute future cartographie planétaire.
Engeneer special study of the surface of the moon LUNAR RAYS - 1960 First Edition One of the earliest, rarest, and most displayable of such maps, considered a landmark in the history of moon mapping. This example is the first edition, dated July 1960, a more common second edition was dated 1961 and published .
Printed by Army Map Service, Corps of Engineers.
Made in preparation for the Apollo moon landings, this was originally prepared by the scientists Robert J. Hackman and Arnold C. Mason in 1960 based on photographs taken at Lick Observatory, San Jose, California.
This monumental map details the physical geography of the moon, noting craters, seas, mountains, and other formations with special attention to 'lunar rays.'
Lunar rays are the steaks of fine ejecta, appearing almost like the spokes of a wheel, surrounding many of the moon's largest impact craters. The work done in compiling this map led Hackman to develop the basis for all future planetary mapping.




Ci-dessous quelques photos de cartes géographiques anciennes et d'instruments présentés sur le salon que vous pourrez exploiter pour vos articles.
Il vous suffit pour celà de cliquer sur la photo pour agrandir l'image, puis de cliquer à droite pour l'enregistrer.
.

Visiteurs admirant des globes et plantaires célestes.
Visitors at fair looking at some celestial, terestial globes and plantaria
DEVRAINNE, E.. - Société de la Charité Maternelle à Paris. Plan de le ville de Paris, Divisé par Quartiers avec Nomenclature. Imprimerie Mercier, Clichy, 1876. Petit in-folio oblong de (1) f. de titre, (14) ff. de nomenclature et 80 planches, cartonnage éditeur. Reliure restaurée, dos refait, armes de Paris sur le premier plat encore visibles. Papier légèrement jauni.
Rare atlas de Paris dressé par E. Devrainne, divisé en 80 quartiers et colorié par Le Roux (Le Roux pinxit).
Illustré d'une page de titre aux armes de Paris avec sa devise "Fluctuat nec mergitur", de 14 ff. de nomenclature des rues par ordre alphabétique et de 80 planches lithographiées figurant les 80 quartiers de Paris. Chaque cartier a été soigneusement colorié par Le Roux.

Cet atlas, vraisemblablement commandé par la Société de la Charité Maternelle de Paris, recense et figure par quartier l’emplacement de la communauté en indiquant le nom de la dame administrante. Chaque quartier porte l’adresse et le nom inscrits à la plume.

La Société de la Charité Maternelle, association de bienfaisance fondée en 1784 par Madame de Fougeret, avait pour but d’éviter l’abandon des enfants par les mères se trouvant dans un état de grande pauvreté et de réduire la mortalité des nourrissons. L’association œuvre toujours et continue à aider les familles démunies.

"1784 : Création de l’Association par Madame de Fougeret. L’association a alors pour but d’éviter l’abandon des enfants par les mères se trouvant dans un état de grande pauvreté et de réduire la mortalité des nourrissons. La Reine Marie Antoinette en assure la présidence en 1788.
Pendant la Révolution, l’association poursuit son œuvre, soutenue par l’Assemblée Nationale (décret d’attribution de subvention en 1791).
A partir de 1801, après les troubles révolutionnaires, son travail reprend de façon plus organisée. Son essor ne cesse de croître tout au long du XIX siècle sous les présidences de la Reine Marie-Amélie, de l’Impératrice Eugénie, avec la création d’une filiale « l’Œuvre des berceaux » et l’ouverture de plusieurs « Société Maternelle » dans une quarantaine de villes de France."

BRETEZ, Louis / TURGOT. - Plan de Paris commencé l'année 1734, Dessiné et gravé sous les ordres de Messire Michel Etienne Turgot, prévost des marchands. Paris, 1739. Carte murale 2505 x 32250mm.
Premier tirage du Plus célèbre Plan ancien de Paris, dit Plan de turgot.
Plan en "perspective cavalière". Le plan de Bretez correspond aux objectifs de Turgot : il ne s’agit pas là d’un plan scientifique, mais d'une représentation théâtrale de la ville de Paris afin d’en promouvoir son image. C'est une opération de propagande, à la gloire de la ville capitale du royaume et du prévôt des marchands qui vient encore d'en accroître à la fois l'étendue et l'éclat.

Louis Bretez, qui le dessina vers 1734, dérogea à l’usage généralement admis d’orienter les cartes selon la méridienne, parce que, voulant donner de Paris une image en élévation, il dut, à l’exemple des anciens géographes, préférer un système qui permît de voir de face les portails de nos anciennes églises, si nombreuses encore, églises qui, pour la plupart, avaient leur façade tournée vers l’occident. Il est à regretter que le plan, tel qu’il a été conçu, n’ait pas une date antérieure d’au moins un siècle. Il eût été, à raison de sa dimension, d’un bien haut intérêt pour les archéologues d’aujourd’hui.Le dessin ordonné par Turgot était achevé en 1734 ; il représente donc l’état de Paris à cette époque. Claude Lucas, qui le grava, est le même sans doute qui travailla aux plans des quartiers de La Caille, 1714, ou peut-être son fils. Le choix qu’on fit du genre à vol d’oiseau dut entraîner des frais immenses... L’image de Paris qu’il représente offre encore, je le répète, beaucoup d’attraits et de documents à l’archéologie. Le petit nombre de vieux édifices qui ont survécu disparaît, de nos jours, si rapidement, ou subit de si étranges métamorphoses sous le hideux masque du replâtrage, que le Paris de Turgot, en proie à nos mille projets d’alignements et d’agrandissements, devra bientôt s’appeler à son tour le ‘vieux Paris’ [...]. (A. Bonnardot, Etudes archéologiques sur les anciens plans de Paris, pp. 199-203). Ref.: Jean Boutier, Les plans de Paris, 219.


FER, N. de. / JOUVIN DE ROCHEFORT. - Le nouveau plan de Paris dressé sur les Mémoires de M. Jouvin de Rochefort… Paris, de Fer, 1705.
Plan en 4 feuilles jointes: 107 x 136 cm. Le plan est vraisemblablement collé sur son support (non examiné hors du cadre) et coupé un peu court en bas à gauche.
Publié "A Paris, chez le S[ieur]r de Fer. Dans l'Isle du Palais sur le Quay de l'Orloge à la Sphère Royale. Avec Privilege du Roy 1705". Boutier, dans sa bibliographie, ne mentionne pas cette édition intermédiaire, il répertorie la première édition de 1797 puis celle de 1719 (B).

Le plan est dédié à " Monseigneur Messire Marc René de Voïr, de Paulmy, Marquis d'Argenson, Conseiller du Roy en ses Conseils,… et Lieutenant de Police de la ville Prevosté et Vicomté de Paris, par son très humble et très obeissant serviteur, de Fer, Geographe de Monseigneur le Dauphin".
D'Argenson a remplacé La Reynie comme lieutenant général de police en janvier 1697.
Le plan figure les limites des 17 quartiers de police (A à S) avec les noms de leur commissaire de police, tels qu'ils existaient avant la réforme de 1702.

Superbe plan de Paris, en couleurs, entouré de 25 vignettes, accompagnées chacune d'une description, représentant différents aspects des résidences royales de Versailles, Marly, Fontainebleau, Saint-Cyr, Saint-Germain-en-Laye, Meudon et Clagny. La plan est quadrillé, de 1 à 14 horizontalement, de A à L verticalement.

RICHARD, V. "Tableau synoptique de la circulation des omnibus à correspondances de Paris indiquant à première vue les ressources que présentent les cent soixante-sept correspondances de ces voitures". Le tableau "Se trouve chez l'auteur, V. Richard, rue Saint-Fiacre, 3" et "Dans les bureaux d'Omnibus et chez tous les libraires". Paris, avant 1854. Beau col. d'époque. Planche repliée lithographiée en couleurs. 430 x 623 mm.
Rare plan de Paris divisé en Grands Carrés indiquant les stations d'omnibus et les correspondances. Les tracés en vert indiquent le parcours des lignes d'omnibus. Il est entouré de 31 vignettes figurant les différents omnibus : Omnibus, Constantines, Favorites, Tricycles, Diligentes, Citadines, Hirondelles, Parisiennes, Gazelles, Batignollaises, Orléanaises, Dames réunies.

Un livret accompagnait le tableau. Le plan est doté de nombreuses explications : Instruction, Fonctions des colonnes de numéros, Application, Fonctions des tracés de couleur, Fonction des numéros.
Il est expliqué comment choisir et prendre une correspondance : "Il est bon de prendre en considération l'affluence présumée des voyageurs ; la longueur de l'itinéraire direct ; le circuit de certaines correspondances". La compagnie générale des Omnibus est créée en 1855 et fait disparaître ou fusionner un certain nombre de compagnies, dont les "Dames réunies"; en 1854, il ne subsiste plus que 11 compagnies d'omnibus, ce qui permet de dater ce plan d'avant 1854.
Un décret impérial, en date du 22 février 1855 , prévoit la création de la Compagnie Générale des Omnibus. En cent ans (1855-1955), le réseau des lignes de surface s’est considérablement étendu dans Paris et la banlieue proche. Il transporte chaque jour sur près de 1400 kilomètres de lignes, 26000000 de voyageurs.
Après les années 60, la densification de la région parisienne allait provoquer d’importants aménagements du réseau mais il est intéressant de connaître la genèse d’un tel développement.

CELLARIUS, A. - Coeli Stellati Christiani Haemisphaerium Prius. Published in: Amsterdam, 1660. Scarce first issue. This spectacular celestial chart presents the constellations according to Christian symbolism. The view of the constellations is based on the work of the early 17th century astronomer.

BUNTING, H. - Pegasus. Published in: Magdeberg, 1581. Bunting's map of Asia in the shape of the mythical winged horse Pegasus.

.
A pair of extremely rare table globes by Johannes Janssonius, Amsterdam 1623 - 1648. Diameter: 44 cm. (17 in.) Height: 65 cm. (26 in.)
A pair of terrestrial and celestial globes prepared by Jodocus Hondius the younger (1597-1651), engraved by Abraham Goos and first published by Hondius and his brother-in-law Johannes Janssonius in 1623, the terrestrial globe here in its first state (1623) and the celestial globe in its second (1648). Each with 12 engraved gores and 2 engraved polar caps over a plaster-covered core. Each globe in a new oak stand in 17th-century style with a facsimile paper horizon ring.




Voir la chronique sur les cartes géographiques anciennes et le salon "Paris Map-Fair 2016" dans l'émission Télématin sur France 2, avec la participation de Béatrice Loeb.

 




Interview avec Béatrice Loeb coorganisatrice du salon, à propos du marché de la cartographie.


- Mapfair compte 33 exposants venus de toute l'Europe et des Etats-Unis. La présence des Anglo-Saxons est toujours assez forte.

Est-ce lié selon vous à une tradition culturelle géographique plus importante que dans d'autres pays ou cultures ?

BL :Effectivement le marché anglo-saxon est très actif et compte de nombreux marchands dans le domaine et pourtant, mon père, Louis Loeb-Larocque (LLL pour les intimes), est le précurseur et le fondateur du marché de la cartographie et des atlas en France. Il a débuté en tant que marchand à la fin des années 1950 et a initié le marché. Et comme il se plaisait à le répéter à la fin de sa vie "Avant on avait les cartes et pas de bibliographie, maintenant on a la bibliographie et plus les cartes".


- Mapfair est unique, alors que l'univers des cartes semble de plus en plus fasciner. Combien de spécialistes existe-t-il en France sur ce domaine particulier de la cartographie ?

BL :Je pense qu'il existe 4 spécialistes dans le domaine en France dont nous-mêmes (j'espère n'oublier personne) qui sont tous présents sur le salon.


- Les clients de Mapfair sont comme ses exposants, des personnes venant d'un peu partout. Mais, justement, comptez-vous parmi les visiteurs et acheteurs de nombreuses personnes venant de la Chine ou de l'Inde ?

BL :Nous avons des visiteurs venant de Russie, un peu de Chine et de Corée, d'Amérique (du Nord et du Sud), d'Australie et bien sûr de toute l'Europe sans oublier les Français qui réservent leur samedi pour venir des différentes provinces de France.


-Quelles sont les cartes les plus prisées en ce moment ?

BL :L'année dernière nous avons pu constater que la demande allait croissante pour les cartes marines, les cartes célestes et les cartes très décoratives ornées de beaux cartouches, de monstres marins et d'animaux exotiques ou fabuleux.

Nous abordons cette année dans notre exposition intitulée "Echanges cartographiques entre l'Europe et la Chine" la rencontre de deux cultures. Nous constatons, en effet, un intérêt croissant de la part d'autres cultures pour la cartographie.


- Mapfair représente en fait une série de salons en Europe... Qu'est-ce qui distingue le Mapfair de Paris des autres Mapfairs ?

BL :Paris Map-Fair se tient dans un hôtel très central (près de l'Opéra) et facile d'accès. Nous présentons également des livres de voyages puisque le salon s'intitule "Salon de la Carte Géographique Ancienne & du Livre de Voyage", "Paris Map-Fair & Travel Books".

De plus, nous combinons 2 événements, un cocktail Map-Fair le vendredi soir, ouvert à chacun, et qui permet aux collectionneurs et amateurs de rencontrer les marchands et le salon d'un jour le samedi. Les exposants étrangers disposent ainsi du dimanche pour flâner dans Paris.





La cartographie pendant la préhistoire et l’antiquité par Yann CARADEC.

Une carte est une représentation géométrique généralement plane, simplifiée et conventionnelle, de toute la surface terrestre ou d’une partie, dans un rapport de similitude convenable.

La cartographie réunit l'ensemble des études et des techniques qui permettent à l'homme de se représenter l'espace sur lequel il exerce une activité politique, économique ou scientifique. Les hommes ont utilisé des cartes depuis la plus lointaine antiquité, et le faisaient déjà probablement à des époques préhistoriques, en effet, le fait de traduire graphiquement la perception de notre monde est reconnue comme étant le précurseur de toutes les autres formes de communication.

Il est possible que quelques dessins retrouvés dans des grottes ou dans des refuges, soient des croquis des territoires où ils vivaient et où ils chassaient. L’agriculture, les voies de transport, la gestion de la propriété foncière représentent entre autres le besoin qu’avait l’homme de reproduire l’environnement dans lequel il vivait.

lire la suite... (format-pdf)